Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Culture / Bibliothèque / Coups de coeur / 2014 et précédents
Actions sur le document

Nous avons aimé lire en 2014 et avant

Le-palais-des-ombres.pngLe Palais des Ombres / Maxence Fermine . - M. Lafon, 2014

Paris, dans les années 1960. Nathan, jeune homme solitaire et marionnettiste de profession reçoit une lettre de son père, avec lequel il n’a plus aucun contact depuis 20 ans. Dans ce courrier, son père lui annonce sa mort. Il hérite alors mais sous certaines conditions de la maison familiale appelée « Le Palais des Ombres ». La vie paisible de Nathan se voit chamboulée du jour au lendemain. Commence alors pour lui, une quête au bout de laquelle, au fil des rencontres et des rebondissements, il va découvrir l’histoire cette demeure et surtout celle de sa famille.

Très bien écrit, ce roman est un mélange réussi de mystère, de frissons, de romantisme et de poésie.

 

Le réveil du coeur / François d'Epernaux. - Anne Carrère, 2014

Avec les quatre personnages de ce roman, le grand-père dit "le vieux", son fils Jean vivant en couple avec Leïla et le petit-fils Malo, l'auteur nous livre avec humour et tendresse ses réflexions sur les relations intergénérationnelles et les conflits qui en découlent. Il dépeint aussi notre société et dénonce ses travers, notamment la téléréalité et Facebook.  Le grand-père est un personnage haut en couleurs qui a décidé que la modernité ne l'intéressait pas. Quand son fils lui demande de garder Malo un mois pendant les vacances, il n'accepte pas de gaieté de coeur. Et pourtant, grand-père et petit-fils vont alors apprendre à se connaître et à s'apprivoiser l'un l'autre.
Roman émouvant et drôle.


liseur.jpgLe liseur du 6h27 / Jean-Paul Didierlaurent. - Au Diable Vauvert, 2014

Guylain Vignolles mène une existence on ne peut plus insignifiante (trouvez dans ce patronyme la malencontreuse contrepèterie…).

Il travaille sur La Zerstor 500 dans une usine où les livres invendus sont broyés, déchiquetés, ébouillantés puis vomis en une masse nauséabonde et gluante qui servira à la fabrication d’autres livres, ces derniers peut-être voués au même sort. Alors, pour adoucir son sort et redonner une dernière vie à ce qui va être détruit, il sauve chaque soir quelques feuillets prisonniers au fond de la gueule de La Chose pour en faire la lecture le lendemain matin aux passagers du RER de 6h27. Dans ce même RER, il trouve une clé USB perdue par une inconnue. Va-t-elle changer sa vie ?

Les personnages sont anodins, invisibles même dans notre société du paraître, mais mûs d’une grande humanité.

Roman touchant par sa simplicité, émouvant, drôle et poétique.Y sont évoqués les thèmes de la solitude, de la frustration d’une vie, d’un emploi médiocre, mais aussi celui de l'amitié, de l'espoir, de l'amour des livres et de la lecture.


Les brumes de l’apparence / Frédérique Deghelt. - Actes Sud, 2014

Gabrielle, 40 ans, pure citadine parisienne apprend qu’elle est l’héritière d’une masure délabrée et d’un terrain situés au milieu de nulle, dans la France profonde, dans un endroit dont elle ignore tout. Bien décidée à se débarrasser au plus vite de cet encombrant héritage, et disposée à signer toutes les procurations nécessaires, elle fait le voyage pour se rendre chez le notaire et contacter une agence immobilière. Loin de tout, seule, sans chambre d’hôtel et sans réseau, elle passera sa première nuit dans cette propriété surnommée « la terre des sorciers ».

Cette nuit-là, des choses étranges se passent : un parfum de fleurs, une baignade dans la rivière, la sensation d’être épiée, et surtout, ce sentiment de plénitude et d’amour qui l’habite… Et puis un rêve inquiétant, et tout s’accélère jusqu’à ce que ce cauchemar devienne réalité. Elle découvre être la nièce d’une guérisseuse, et peut-être l’héritière d’un don de clairvoyance : la faculté de voir les morts et de soigner…

Gabrielle découvre deux mondes opposés, celui de l’irrationnel, de l’ouverture et du possible, face à notre quotidien follement étriqué. « Oui, il nous arrive des choses extraordinaires. Mais on les rejette d’emblée, parce qu’elles nous font peur et que l’on nous dit que c’est impossible », nous dit l’auteure, se glissant entre les croyances irrationnelles et les signes tangibles. Sur un ton profondément humaniste, Frédérique Deghelt nous amène (si nous savons l’entendre) à prendre conscience de l’essentiel, bien au-delà des apparences.


kinderzimmer.jpgKinderzimmer / Valentine Goby. - Actes Sud, 2013

La « Kinderzimmer », c’est la salle réservée aux nourrissons des prisonnières politiques déportées à Ravensbrück.  Des nourrissons qui vivront au mieux 3 mois car ils meurent presque tous de faim, de froid, de maladie, des rats.  Etre enceinte à Ravensbrück, c’est la mort assurée avaient-elles dit à Mila à son arrivée.  Aussi décide-t-elle de cacher et de nier sa grossesse.  Jusqu’au jour où elle donne naissance à James.

Ce roman fait office de devoir de mémoire.  Au travers des faits racontés au présent, l’auteure nous décrit comment ces femmes survivent ou meurent.  Les instants de solidarité et de soutien au cœur de l’enfer sont magnifiquement mis en évidence.


L’éveil de Mademoiselle Prim / Natalia Sanmartin Fenollera. - Grasset, 2013

Loin d’être une histoire sentimentaliste, ce premier roman est une fable utopiste, au charme désuet, qui nous emmène dans un petit village composé d’habitants qui ont tous fui la société de consommation et la vie stressante de la ville pour retourner à de vraies valeurs de solidarité, d’écoute dans une vie simple et rurale. Prudence Prim, jeune femme solitaire, au caractère rigide d’un autre siècle, obsédée par la civilité et la délicatesse, y arrive pour organiser la bibliothèque d’un homme cultivé,  hors du commun, amateur d’auteurs latins qui éduque une quinzaine d’enfants, dont ses neveux, par l’étude de la littérature.   Les enfants ne vont à l’école que quelques heures par semaine pour y apprendre à lire, écrire et compter, le reste de leur éducation se fait par les habitants et parents du village en fonction de leurs qualifications. Prudence est confronté à ce petit monde hors norme, à la philosophie de vie particulière, très cosy et hors du temps. Même si certains personnages sont stéréotypés, si les idéaux sont improbables, si les points de vue sur le mariage, le féminisme, l’amour, l’éloge de la littérature, l’éducation peuvent étonner ou déranger, ils sont  matières à réflexion sur le vrai sens de la vie. Une lecture agréable avec une morale optimiste qui incitera le lecteur à profiter des petites choses de la vie et à les savourer comme un bon chocolat chaud au coin du feu.


Esprit d’hiver / Laura Kasischke. - Editions Bourgeois, 2013

« L’esprit d’hiver s’infiltre au plus profond des âmes ». L’histoire se déroule sur une journée : un huis clos en temps réel, dans un décor unique : une mère et sa fille attendent chez elles des invités à dîner le jour de Noël. Mais le blizzard s’est levé et empêche toute circulation. Les invités annulent les uns après les autres. Le mari et ses frères sont partis rejoindre leurs parents à l’hôpital. Holly et Tatiana, une adolescente de 15 ans sont seules. Holly est tenaillée par une inquiétude et une phrase récurrente : « quelque chose les avait suivi depuis la Russie jusque chez eux ». Tatiana a été adoptée treize ans plus tôt en Sibérie. L’histoire de cette adoption resurgit par bribes dans la mémoire de la mère et s’oppose à l’attitude mystérieuse de l’adolescente : plaintes, colères, provocation, absence, métamorphoses physiques. Un malaise s’installe, grandissant d’heure en heure transformant en cauchemar le décor du quotidien : un réel confus dans un terrifiant non-dit. L’auteure nous livre ici un récit fantastique taillé comme   un thriller psychologique dans un climat dérangeant qui sonde les forces obscures de l’esprit. Le mystère est conservé jusqu’à la dernière ligne qui éclaire enfin l’intrigue.


Le sourire étrusque / José Luis Sampedro. - Métailié, 2012

Salvatore Roncone est vieux berger calabrais, très attaché à sa terre, ses montagnes, ses traditions. Malade, il doit subir des examens approfondis et rejoint à Milan son fils et sa belle-fille qui vont  l'accueillir chez eux.  La cohabitation va être difficile car le vieil homme est réfractaire à toute modernité. Mais ses jours sont comptés et la patience est de rigueur. Sa rencontre avec son petit-fils, âgé d'un an, est un coup de foudre. Tant parce qu'il s'appelle Bruno, son surnom dans le maquis pendant la guerre, que parce qu'il a tout-à-coup envie de lui parler de sa Calabre et de lui transmettre les valeurs qu'il n'a pas pris le temps de donner à son fils (car l'éducation des enfants était affaire de femme). Tandis que son mal lui ronge les entrailles (la rusca, la fouine, comme il l'appelle), il va monologuer toutes les nuits près du lit du bébé qui a peur de dormir seul dans le noir et lui raconter ses exploits de résistant, ses souvenirs de jeunesse, ses amours, les traditions de sa région, son envie de ne pas mourir avant son vieil ennemi et sa rencontre avec Hortensia, une femme qui lui redonne l'envie de vivre . Il s'éteindra doucement, son petit-fils à ses côtés prononçant pour la première fois le mot grand-père : Nonno. Un sourire de béatitude, figé sur ses lèvres, comme les amants d'une sculpture funéraire étrusque, qu'il avait entrevue dans un musée avec son fils.

Un roman bouleversant d'émotion, de tendresse qui nous entraîne dans les relations parfois difficiles entre parents et enfants mais qui reste optimiste dans l'acceptation des différences, de la modernité, de la vieillesse et de la mort.


Une petite fête sur la planète / Corinne Roche. - Hélène d’Ormesson, 2006

« Tu vas t’habituer au bonheur, tu verras, Noël, c’est juste une petite fête après tout ! » Difficile pour Francine qui a huit ans de croire que cela puisse être aussi simple. Née sous X, elle n’a connu que le foyer où le monde extérieur se limite aux gens payés pour s’occuper d’elle. Educatrices et assistantes sociales peu sensibles et peu psychologues ne l’ont pas comprise. Placée enfin  dans une famille d’accueil, dans un village près de la mer, chez un modeste couple de retraités normands, la fillette craintive et sur ses gardes va se laisser amadouer par ces gens si simples qui la traitent comme leur propre fille. Ils ont déjà accueilli une autre petite fille, Patricia, retirée de sa famille maltraitante. Les deux fillettes, meurtries par la vie, vont tout réapprendre avec Jo et Louis : la confiance en l’autre, la tendresse, l’amour fraternel et l’amour filial, toute une panoplie de sentiments qui n’existaient pas pour elles.  Elles trouveront ainsi leur voie, leur métier, se créeront une nouvelle famille et se lanceront dans la vie riches de tous ces instants partagés.

Un beau roman sur l’accueil d’enfants placés, sur l’adoption et les blessures de la vie qui se referment et poussent en avant.


Math à Mort / Laurence Hesse. - Edition Mémory Press , 2013

Un recueil de nouvelles écrit par un professeur arlonais  dont le fil conducteur est la « science mathématique ». Cinq histoires nous sont contées, cinq vies où les destins sont régis par des mathématiciens (Hypathie, Aristote, Pythagore, Evariste et Platon) et où les personnages sont tiraillés par la mort, l’amour, la haine et… les nombres. La première nouvelle, Hypathie, est digne d’un scénario de film et vous trotte longtemps dans la tête.

Une belle écriture fine et intelligente qui nous emmène dans un monde scientifique par le biais de la littérature.


Les poissons ne ferment pas les yeux / Erri de Luca. - Gallimard, 2013

Le narrateur se souvient du Naples des années cinquante et du jeune garçon qu’il était à 10 ans, à l’étroit dans un corps d’enfant qui ne se décidait pas à grandir. Une époque où tout le mettait en larmes et ou le verbe « aimer » dont les adultes usaient à tort, lui paraissait bien étrange. Lui préférait le mot « maintenir », celui qui contenait la promesse de tenir par la main. En vacances à la mer, dans un petit village, avec sa mère et sa sœur (son père étant parti en Amérique pour y retrouver ses racines et un travail), il y découvre le monde des pécheurs et les plaisirs marins. Il y  fait la rencontre d’une fillette qui le pousse à remettre en question son ignorance du verbe « aimer ». Mais, il y découvrira aussi la cruauté et la vengeance de trois garçons, jaloux de cette amitié, qui le passeront à tabac et le conduiront à l’infirmerie. Il a, pourtant, volontairement offert son corps aux assaillants pour faire exploser le cocon qui l’entourait afin de devenir un jeune adulte en puissance et de contempler le monde sans jamais avoir à fermer les yeux.

Un très beau récit d’initiation où l’auteur saisit avec justesse et nuances la mue de l’enfance.


XY / Sandro Veronesi. - Grasset, 2013

Le petit village de San Guida, perdu dans les montagnes et déserté par les jeunes, est soudainement frappé par un terrible massacre, inexplicable et inexpliqué,  tant les circonstances des crimes demeurent invraisemblables.  C’est une réelle épreuve pour les villageois et les enquêteurs qui semblent succomber peu à peu à toutes sortes de folies.  Pour aider ses paroissiens, le prêtre don Ermete fait appel à une jeune psychiatre de la ville qui se retrouve très vite dépassée par les évènements.  Se construit alors un dialogue  entre elle et le prêtre afin de comprendre ce qui ne peut pas l’être.

L’intérêt du roman repose sur ce dialogue qui mêle sciences, philosophie et spiritualité et apporte des hypothèses pour expliquer le massacre.  A travers les répliques, la psychiatre et le prêtre révèlent peu à peu leur face cachée.

 

Cherchez la femme / Alice Ferney. - Actes Sud, 2013

Alice Ferney nous propose de monter en manège : la montagne russe qu'est la vie de couple. On y prend place à deux et si on a choisi d'y monter, on peut aussi souhaiter descendre avant la destination. L'histoire de deux couples de deux générations successives (Nina et Vladimir et Marianne et Serge), de leur naissance où chacun arrive avec son enfance, ses parents et leurs empreintes indélébiles, son origine sociale, jusqu'à leur épanouissement, mais aussi à leur usure, leur déchirure, aimer ne suffisant pas parfois pour vivre et vieillir ensemble.

Tout au long de l’ouvrage, on assiste à une véritable autopsie du mariage. Alice Ferney excelle dans le don de la pénétration des sentiments.  Elle explore également les relations mère/fille, les liens familiaux. Dans cet éventail de conditions ordinaires le lecteur sera tenté de s'identifier : on s’y reconnaît peu ou prou, soi-même ou son entourage, et là, ça risque de faire mal tant l’analyse psychologique est fine. Fine et impitoyable !

La lecture est captivante même si le récit est sans surprise ni rebondissement. L’écriture est belle. La famille expose sans pudeur ses tares et ses faiblesses nous offrant une magnifique fresque humaine à la Balzac qui nous fait réfléchir sur la direction que nous souhaitons donner à notre vie.

Vision pessimiste de la vie ? Ou vision très lucide tant la justesse des analyses fait mouche à chaque ligne.

 Roman psychologique et classique, il se situe à l’opposé des tendances actuelles de la production littéraire : style irréprochable, usage du passé (le temps narratif par excellence, tellement moins monotone que le présent), étude de caractères, absence d’autobiographie racoleuse... 


Sweetwater / Roxana Robinson. – Buchet-Chastel, 2013

Après avoir connu chacun la vie de couple et la séparation, Paul et Isabel se rencontrent et finissent par se marier.  Ils décident de passer l’été dans la maison de vacances familiales, au  cœur des monts des Adirondack, entourés des parents et du frère de Paul.

Très vite, les doutes et les douleurs du passé sont exacerbés dans cet endroit isolé jusqu’à ce que les non-dits finissent par tout briser.

Roman psychologique dépeignant des relations familiales difficiles sur un très beau descriptif de paysages et de nature.


cvt_Lhomme-a-la-bombe_5685.jpgL’homme à la bombe / Christian Roux. – Rivages, 2013

La France, la crise.  Larry, ingénieur acousticien, perd son emploi.  Chaque nouvel entretien d’embauche raté le laisse dans la désolation et la détresse jusqu’au jour où il se présente   à un nouvel entretien muni d’une fausse bombe.  La peur engendrée par son arme factice lui fait alors prendre conscience du nouveau pouvoir qu’il détient sur cette société qui le rejette.  Une rapide descente aux enfers s’en suit.

« Road-novel » à l’image du parcours de « Bownie & Clide ».


Mais qui a tué Harry ? / Jack Trevor Story. – Cambourakis ; 2013 (réédition)

Le cadavre d’Harry est successivement découvert, enterré et déterré par plusieurs villageois.  Mais qui est Harry et qui l’a réellement tué ?  Chaque protagoniste semble en effet avoir un sérieux mobile pour avoir tué et « caché » Harry.

Sur un ton d’humour caustique, les secrets des villageois se révèlent petit à petit…


Elle joue / Nahal Tajadod. - Edition Albin Michel 2012.

Dans la vie, Sheyda joue. Elle joue du piano, elle joue la comédie. Elle est née en 1980 dans cet Iran devenu République islamique, où le port du foulard est obligatoire pour les filles. Née dans une famille d'artiste qui a bien du mal à survivre dans cet univers privé de liberté, elle est devenue comédienne à 14 ans en respectant les exigences du régime. Mais elle aime trop la liberté. Pour trouver la liberté en tant que femme, elle ira jusqu'à sortir déguisée en garçon pour respirer, braver les interdits féminins.

La liberté. C'est ce qu'elle aime par-dessus tout. Mais elle joue avec le feu. Et quand elle apparaîtra sur les marches du festival de Cannes sans foulard, elle sera bannie d 'Iran.

Ce roman est une vision que partagent deux femmes sur l'Iran. L'une, née dans l'Iran du Shah favorable à l'émancipation des femmes et l'autre, née après la révolution islamique. Si elles vivent toutes deux en France, l'une par choix, l'autre par obligation, elles nous ouvrent une fenêtre sur un monde violent, qui noie ses citoyens dans les mensonges et l'hypocrisie, la peur et la surveillance incessante.


Le premier oublié / Cyril Massarotto. - Edition Xo, 2012

Un jour, Madeleine a oublié où elle avait garé sa voiture sur le parking du supermarché. Mais, elle a oublié et la marque et la couleur de sa voiture. Elle veut appeler son mari, mais elle a oublié son nom et ne le retrouve pas dans son répertoire téléphonique. Elle finit par appeler son fils Thomas, écrivain, joignable facilement chez lui. Consternée, elle apprend que son mari est mort depuis un an. Elle avoue enfin qu'elle oublie beaucoup de choses depuis quelques mois. Elle prend l'habitude de noter ce qu'elle ressent afin que ses enfants puissent la lire plus tard. Le premier de ceux-ci qu'elle oubliera est Thomas, alors qu'il est chaque jour à ses côtés. Elle le prend pour son infirmier. Pour lui, c'est une douleur intense. Il est le premier oublié de la famille mais aussi d'une longue série d'événements, de choses, de personnes.

Il écrira aussi sur l'évolution de la maladie de sa maman. Cette maladie qui s'appelle Alzheimer.

C'est un roman tendre, où l'humour et l'émotion cohabitent. Un très beau témoignage sur cette maladie et ses dégâts.


Comment trouver l’amour à cinquante ans quand on est parisienne (et autres questions capitales) /Pascal Morin. - Edition du Rouergue, 2013

Sous un titre faussement frivole se cache un conte moral et optimiste qui nous livre un portrait de notre époque à travers ses thèmes les plus chers : le racisme, la solitude urbaine, l’école, la religion, la séduction, Paris et la province, les préjugés,  les pressions sociales et familiales.  

C’est un roman tendre et pétillant, entre culture et divertissement,  qui fait se croiser plusieurs personnages profonds et chaleureux, d’âge et de conditions sociales et raciales différentes.  Tout ce petit monde se questionne sur la direction à donner à sa vie.

 Sans caricature, dans un style agréable et fluide, un roman frais pour oublier ses soucis le temps d’une lecture au soleil.


La patiente / Jean-Philippe Mégnin. – Le Dilettante, 2012

La patiente, c’est d’abord une rencontre troublante  dans un cabinet gynécologique. 
Camille D. est enceinte.  Sûre d’elle, elle évoque  sans retenue l’homosexualité de ce médecin, Vincent, qu’elle rencontre pour la première fois.  Sa liaison avec David.  Au fil d’autres rendez-vous s’insinue le malaise et c’est toute la vie de Vincent qui s’entaille, se démantèle. ..  Manipulatrice, Camille lui confie un rôle, sinistre, qui le conduira à de terribles révélations.
La patiente, c’est un regard sur des  relations amoureuses puissantes, complètes , tragiques.


fidelitessuccessives.jpgLes fidélités successives / Nicolas d'Estienne d'Orves. - Albin Michel, 2012

Une grande fresque romanesque qui met en scène la trajectoire d'un jeune candide, Guillaume Berkeley, qui va se retrouver à Paris lors de l'occupation et qui doit se construire au contact d'une période trouble.
L'auteur nous décrit le Paris de l'occupation et de la collaboration, ses trafics, ses opportunistes, ses bassesses, univers dans lequel évolue Guillaume, et dans lequel apparaissent autant de personnages réels que fictifs. Guillaume va faire des choix injustifiables tout en restant profondément humain.

Ce livre, construit comme un thriller, m'a tenu en haleine jusqu'au bout.


Certaines n’avaient jamais vu la mer  /  Julie Otsuka. – Phébus, 2012

Née il y a cinquante ans en Californie, de parents japonais, l’auteur évoque dans ce deuxième roman, une histoire douloureuse et méconnue du grand public,  même américain : celle de ces femmes japonaises à peine sorties de l’enfance qui ont tout abandonné et  traversé le Pacifique en bateau pour y trouver un mari épousé par correspondance et vu uniquement sur photo. Déjà installés en Californie, ces beaux maris qui leur promettaient une belle vie et un bel avenir dans une terre d’accueil chaleureuse se révèlent  frustres, illettrés et souvent alcooliques, trimant de longues journées dans les champs et vergers de Californie ou dans les villes où ils sont pour les plus aisés blanchisseurs, épiciers ou  domestiques chez les blancs.

Comme dans un chœur antique, c’est d’une seule voix que ces femmes se livrent, un « nous » qui s’élève pour raconter leurs misérables vies d’exilées, la brutalité de leurs maris, les rudes journées de travail, leur méconnaissance de la langue, le mépris des blancs, les naissances et les morts tragiques de leurs enfants. Le roman s’arrête sur l’envoi de tous ces Japonais du jour au lendemain, dans des « camps d’accueil » loin de chez eux quand  la seconde guerre éclate.

Un beau texte puissant, d’une écriture riche, tranquille mais profonde.


Le vide-grenier de Faith Bass Darling / Lynda RUTLEDGE.  – Chambon, 2012

Un premier roman émouvant et doux-amer sur la mémoire, celle qui s’échappe, celle qui garde les faits et les objets. 

Faith Bass Darling habite la petite ville de Bass au Texas, fondée par ses ancêtres. Un matin, la veille de l’an 2000, parce que Dieu le lui a demandé et qu’elle va mourir le soir, elle organise sur sa pelouse un immense  vide-grenier de tous les meubles et les objets que sa magnifique demeure contient.  Pour des  sommes dérisoires, les  miséreux de la ville deviennent acquéreurs de beaux meubles, de lampes Tiffany, de  tableaux, de bijoux.  Faith fait le vide autour d’elle dans sa maison comme dans sa vie. Elle est en fait atteinte de la maladie d’Alzheimer et revit par instants avec une grave intensité des moments de son passé (la mort de son fils préféré, la mort de son mari haï, la fuite de sa fille).  Tous ces moments  l’ont laissée désemparée et se heurtent au présent. 

Sa fille, prévenue par sa meilleure amie, antiquaire, qui tente de sauver un maximum de choses du désastre,  le meilleur ami de son fils devenu policier, le révérend luthérien vont tenter de la raisonner mais tous seront en proie à de profondes questions existentielles


L’île des oubliés / Victoria Hislop.  – Escales, 2012

A travers une saga familiale, voilà un roman qui nous fait découvrir la Crète, ses habitants, leurs modes de vie et leur fierté face à la Grèce mais aussi face à leur histoire et celle d’une maladie, la lèpre.  Etre lépreux en Crète, au début du vingtième siècle, voulait dire être écarté de sa famille et banni sur une île au large : Spinalonga.  Une jeune anglaise en quête de ses origines revient dans le village natal de sa mère et lève le voile sur la destinée de sa grand-mère, lépreuse et exilée sur cette île, dont on ne lui avait jamais parlé. Une belle écriture, toute en nuance et en finesse.

Une très belle histoire et un éclairage sur une maladie peu connue.


American Music / Jane MENDELSOHN.  - Calmann-Lévy, 2012

Ce roman est une méditation sur l’amour et la mémoire du corps.

Honor, une jeune kinésithérapeute, masse chaque jour le dos de Milo, un soldat blessé grièvement pendant la guerre d’Irak .  A chaque contact, des images puissantes et étonnantes  les traversent tous les deux. Elles racontent l’histoire d’un jeune couple dans la tourmente pendant les années trente, puis celle d’une photographe célèbre  dans les années soixante, ensuite celle  d’une jeune fille des années quatre-vingt  célibataire et enceinte qui veut garder son bébé, enfin celle d’un amour interdit dans un harem de la Turquie du dix-septième siècle.

C’est une étrange symphonie qui se joue dans leur esprit mêlant l’histoire des origines de la famille d’Honor,  l’histoire personnelle de Milo et la naissance d’une musique qui fera le succès de l’Amérique : le Swing.


La déesse des petites victoires / Yannick Grannec. - Anne Carrière, 2012


Anna, jeune documentaliste à l'université de Princeton, se voit confier la mission de récupérer les archives de Kurt Gödel, le plus fascinant et hermétique mathématicien du XXe siècle, auprès de sa veuve.
La rencontre entre les deux femmes permettra à Adèle Gödel de raconter sa vie confrontée entre le génie, l'amour et la folie. Elle nous emmènera de la Vienne flamboyante des années 30 au Princeton de l'après-guerre; de l'anschluss au maccarthysme; de la fin de l'idéal positiviste à l'avènement de l'arme nucléaire.
Un premier roman de l'auteur qui est à la fois drôle, intelligent, sensible et mordant... le tout en parlant de mathématiques.


La nuit tombée / Antoine Choplin. - La fosse aux ours, 2012

Au cours de son voyage vers Pripiat, en zone interdite, Gouri renoue avec son passé.  La maladie, les rancoeurs, la folie, la nostalgie et les espoirs de ceux qui n'ont pas fui dépeignent une Ukraine contradictoire : l'une pleine de vie, avant la catastrophe, l'autre, muette, succombant à cette "poisse" qui colle à la peau.

Roman tout en sensibilité pour décrire l'avant et l'après Tchernobyl.


La question de 10 heures du soir / Kate De Goldi. - Alice, 2012

Frankie est un jeune adolescent très angoissé.  Son univers est rythmé d'angoisses paralysantes qu'il parvient tant bien que mal à gérer au moyen de listes, de rituels et habitudes immuables telles que la question qu'il pose chaque soir à sa mère à 10 heures. Le problème, c'est que Francie, sa mère, est déprimée.  Et s'il avait hérité du "gène de la folie" ?  A travers les rapports que Frankie entretient avec sa famille, son meilleur ami et la nouvelle élève Sandy, c'est tout le cheminement intérieur d'un adolescent que l'on découvre.  Le départ précipité de Sandy conduira Frankie à une explosion de sentiments incontrôlables et contradictoires...

Roman écrit pour les jeunes, dans un style simple accentuant l'émotion qui se dégage progressivement au fil des pages. Le final est poignant et nous invite à porter un autre regard sur les gens "différents".


Limonov / Emmanuel Carrère. - POL, 2011

L’auteur nous parle de Limonov, un homme d’une grande vitalité, né en Ukraine en 1943.

Il a vécu une vie aventureuse toujours  fidèle à ses idéaux d’enfant. Il a été voyou en Ukraine,  idole de l’underground soviétique sous Brejnej, clochard , puis valet de chambre d’un milliardaire à Manhattan, écrivain branché à Paris, soldat perdu dans les guerres des Balkans, et  puis maintenant, dans l’immense bordel de l’après-communisme en Russie, vieux chef charismatique d’un parti de jeunes desperados.

J’ai aimé que l’on croise souvent l’auteur dans le livre, car il exprime, mêlés au récit de la vie de son héros, son regard sur l’histoire contemporaine, ses difficultés à se forger une opinion sur des situations complexes telles que, par exemple, les guerres des Balkans, ou le fascisme en Russie.

Récit étonnant à découvrir.


L’Iguane / Denis Thériault. - Naïve, 2012

Un roman lyrique sur le monde des eaux et du rêve.

Un  garçon de dix ans a perdu ses parents dans un accident de motoneige. Son père est mort et sa mère est dans le coma.  Il est recueilli par ses grands-parents  dans le petit village de Ferland au Québec. En classe,  il fait la connaissance de Luc, dont la mère a disparu en mer et dont le père est alcoolique.  Ils ont en commun leur caractère solitaire et l’absence de leur mère. Autour d’un iguane, animal empaillé à qui Luc attribue des pouvoirs magiques, ils vont vivre dans un monde empreint de merveilleux pour sublimer leur réalité trop triste, où se heurtent espoir et désespoir, amour et démence.

Un récit québécois, fascinant et déroutant à la fois, d’une écriture métaphorique éblouissante.


L'enfant de personne / Charlotte Link. - Presses de la Cité, 2011

La fête de fiançailles de Gwen et Dave tourne à l'affrontement et au drame. Fiona, une amie intime de la famille est retrouvée assassinée après la soirée. Dave est le suspect numéro un et la Police fait le rapprochement avec le meurtre d'une étudiante commis 3 mois auparavant.  Au cours de l'enquête, Leslie, la petite-fille de Fiona apprend le secret qui lie sa grand-mère et Chad qui ont, à la fin de la guerre abandonné un jeune handicapé mental.

Dans ce roman, Charlotte Link développe la psychologie des personnages, retrace une page dramatique de la deuxième guerre mondiale en Angleterre et nous tient dans un suspense haletant quant au dénouement de l'histoire. Comme quoi il faut toujours se méfier des eaux dormantes !


Au pays des kangourous / Gilles Paris. - Don Quichotte, 2012

La vie n'est pas facile pour Simon, 9 ans. Sa mère travaille de l'autre côté de la planète et son père est hospitalisé pour dépression. Heureusement, sa grand-mère, dame pleine de vitalité et un peu farfelue et Lily, une enfant autiste qu'il a rencontrée lors de ses visites à son papa à l'hôpital, vont l'aider à faire face. Il nous raconte avec ses mots à lui son quotidien et nous dévoile au travers de ses rêves et de ses conversations avec Lily sa vision de la réalité. Malgré des thèmes "difficiles", il se dégage de ce roman fraîcheur, sensibilité, humour et poésie.


Salut Marie / Antoine Sénanque. - Grasset, 2012

Le 1er avril 2008, Pierre Mourange, vétérinaire cultivant sa mélancolie depuis la mort de sa femme, subit une apparition de la Vierge Marie.  Pour ce catholique non pratiquant, il est inutile de polémiquer sur ce fait ; plutôt sur son bien-fondé : pourquoi lui ? Agacé par son expérience, il consulte des experts religieux et un psychanalyste.  La nouvelle se répand très vite et bientôt tout son univers en est modifié : des dévotes hystériques lui glissent des billets à présenter à la Vierge, son frère médecin le pousse à réaliser un bilan médical complet, un prêtre le persuade même à participer au pèlerinage de Lourdes. Pierre enchaîne des aventures loufoques jusqu'au dénouement final peu banal.

Traité avec énormément d'humour, ce roman est un pur moment de jubilation.  Le deuil, l'amitié, les rapports familiaux y sont abordés avec finesse et tendresse.


Grâce / Delphine Bertholon. - Lattès, 2012

Architecte parisien et veuf, Nathan élève seul ses jumeaux, Soline et Colin. En cette fin d’année 2010, ils rejoignent en province la sœur de Nathan, Lise,  chez leur mère Grâce pour les fêtes de Noël. Mais pendant ces quelques jours des phénomènes étranges vont se dérouler dans la maison familiale et des secrets douloureux vont refaire surface.

Voici un roman familial écrit comme un polar où les secrets de famille, les non-dits inquiétants sont peu à peu révélées. Delphine Bertholon combine avec habilité le récit de Grâce qui se déroule en 81 et celui actuel de son fils Nathan pour nous plonger dans une ambiance troublante et qui semble parfois surnaturelle.


Bon rétablissement / Marie-Sabine Roger. - Rouergue, 2012

Jean-Pierre, 67 ans se réveille à l'hôpital mais c'est le trou noir. On l'a repêché dans la Seine et c'est tout ce qu'il sait.
Veuf, sans enfants et surtout très bougon, nous le suivons à travers sa longue convalescence. Il a peu de visites mais malgré lui il va faire de nombreuses rencontres attachantes et se révéler être moins misanthrope qu'il ne le croyait...

Bon rétablissement est un roman frais et plein d'humanité écrit avec humour. Dès les premières pages, on sent qu'on va se régaler et sourire très souvent... et cela se révèle exact!


Je reviendrai avec la pluie / Takuji Ichikawa. - Flammarion, 2012

Takumi, un homme angoissé, bourré de tics obsessionnels, vit seul avec son fils Yûgi âgé de 6 ans depuis la mort de sa femme Mio.  Il tente de gérer leur vie tant bien que mal mais peine à assumer les tâches ménagères, son travail et l'éducation du petit garçon.  Mio lui a prédit qu'elle reviendrait avec la pluie.  La voilà donc revenue un an plus tard à  la saison des pluies mais elle a tout oublié.  Aussi pour l'aider à retrouver sa mémoire, Tokumi lui raconte le récit de leur vie jusqu'à ce qu'elle disparaisse à nouveau à la fin de la saison des pluies.

Ecrit dans un style simple sans artifice, ce livre tout en poésie et tendresse livre un regard sur la vie, la mort, l'amour vrai qui transcende le temps et l'espace.  Il provoque une émotion troublante et attachante.


L'homme à la carrure d'ours / Franck Pavloff. - Albin Michel, 2012

La "Zone", quelque part en Laponie, dans le Grand Nord : après une catastrophe minière et écologique, les survivants, reclus et prisonniers, subsistent tant bien que mal dans un espace hostile, déclaré zone interdite, sous surveillance. Toute trace d'activité humaine a été rasée après que les Autorités aient fait bétonner les galeries contenant des fûts radioactifs.  Sur ce territoire glacé, des âmes claquemurées affrontent les retombées d'une catastrophe écologique : stérilité, désarroi, maladie et mort. Et dans cet enfer, le vieux Kolya, lapon, (chaman ?) dégage encore quelqu'humanité en respectant les traditions de son pays. Avec Lyouba, jeune femme de 20 ans, seule à avoir vu le jour après la catastrophe, ils vont ensemble tenter de fuir cet enfer.

Pavloff accuse le chaos d’une société qui perd tout sens humain, où la jalousie, l’égoïsme dominent.
Les personnages sont à la fois désemparés et déterminés mais tous ont en eux cet espoir d’en sortir à tout prix.

Très beau récit dans lequel la Vie nous invite à réfléchir. 


L'armoire des robes oubliées / Riikka Pulkinnen. - Albin Michel, 2012

Alors que sa grand-mère Elsa se meurt d’un cancer foudroyant et que tous ses proches se rassemblent pour adoucir ses derniers jours, Anna, sa petite-fille trouve dans une armoire une vieille robe ayant appartenu à une certaine Eeva... Grâce à cette robe, elle va découvrir que, derrière le mariage apparemment heureux de ses grands-parents, se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille.

Nous découvrons les secrets d'une famille à travers la vie d'Elsa. Tout est finesse et justesse pour raconter cette triste mais belle histoire familiale.


La liseuse / Paul Fournel. - POL, 2012

Robert Dubois est un éditeur "à l'ancienne" qui vit pour et par le livre papier jusqu'au jour où une stagiaire lui glisse une liseuse entre les mains.  Son monde, déjà tiraillé par le business plan du groupe financier qui a racheté sa maison d'édition, se met à vaciller.  C'est le rapport à la lecture qui en est modifié : appréhension, apprivoisement et enfin perspective d'avenir se succèdent face à la lecture numérique.  Que deviendront les textes lorsque chaque lecteur pourra, à sa guise, les transformer, les modifier, y apporter sa touche personnelle, "changer la madeleine de Proust en petit-beurre Lu" ?

Un roman frais, sans prétention, qui décrit les difficultés actuelles de l'édition.  De petits clins d'oeil à des personnalités réelles (auteur - éditeur), des néologismes appropriés et des références à l'Oulipo, pimentent le texte.

 

Va et dis-le aux chiens / Isabelle Coudrier. - Fayard, 2011

Huit cent pages avec quelques longueurs, mais… qui se dévorent : le destin de deux personnalités à la psychologie fouillée, et aux sentiments compliqués.

L'histoire de deux personnages, pas des plus agréables et certainement pas conventionnels : elle, casanière, froide et insolente ; lui, ambitieux, orgueilleux, parfois méchant. L'un et l'autre peuvent nous exaspérer ou nous agacer… Pourtant, leur rencontre et l'histoire atypique, tortueuse, tourmentée de ce couple passionne : une étrange histoire d’amour, ou le mot « amour » n’est jamais prononcé et où le sentiment lui-même semble bien compliqué.

Au fil des pages, nous découvrons tout des personnages : Sylvia, fille unique perdue dans ses rêves, obsédée par le roman de Thomas Mann "La montagne magique", passionnée de mathématiques et tombée dans le cinéma un peu par hasard. Louis, garçon torturé, à l’histoire familiale tragique et à l’ambition démesurée. Et autour d’eux, le monde du cinéma qui les a rapprochés. Le lecteur est emmené dans les salles obscures, aux festivals de Cannes et de Venise, mais aussi à la découverte des coulisses de l’écriture d’un film, et dans le secret d’une revue de cinéma.

A travers de nombreuses digressions dans leur passé, nous finissons par devenir intime avec Louis et Sylvia alors qu'ils gardent jusqu'à la dernière page du roman, ce côté imprévisible et terriblement humain.

Isabelle Coudrier nous offre son premier roman avec une histoire compliquée, mais tellement ancrée dans le réel et l'humain, et où les personnages ont une réelle épaisseur.


Banquises / Valentine Goby. -Paris : Albin Michel, 2011

Chronique d'une disparition. Celle de Sarah, 22 ans, qui a quitté la France pour le Groenland il y a 27 ans. Elle y a disparu corps et âme. Commence alors pour ses parents et sa soeur Lisa, un travail de deuil impossible et le récit de 27 années ravagées par l'absence et l'ignorance. 27 années nécessaires à Lisa pour suivre les traces de sa soeur et partir à son tour sur la banquise.

Roman nécessairement douloureux mais très finement décrit.


L'écrivain de famille / Grégoire Delacourt. - J.-C. Lattès, 2011

Quand ses parents lui prédisent un avenir d'écrivain parce qu'à 7 ans il a écrit 4 rimes naïves, Edouard voit son chemin tout tracé. Mais en guise d'écrivain, il sera publisciste car c'est dans les phrases percutantes qu'il se sent le mieux. Pourtant, Edouard trouve difficilement sa place dans sa famille comptant un père dépressif, une mère dévouée rêvant d'autres choses, une soeur au coeur tendre durcie par trop de désillusions et un frère handicapé mort tragiquement. Il a le sentiment d'avoir raté sa vie tant le poids du désir des autres l'a empêché d'être heureux.

Ce premier roman nous raconte l'histoire d'une famille avec ses joies et ses tristesses sur un ton plein d'humour et d'ironie mordante.


Un été sans les hommes / Siri Hustvedt. - Actes Sud, 2011

Le monde de Mia, poétesse quinquagénaire new-yorkaise, s'écroule quand son mari lui déclare vouloir faire "une pause" dans leur couple après 30 ans de vie commune. Pour dépasser cette crise existentielle, Mia rentre dans sa ville natale au Minnesota où vit encore sa mère en maison de retraite. Là, pour occuper son esprit, elle donnera des cours de poésie à sept adolescentes liées mais bien cruelles entre elles.

Un beau roman de femme, d'une écriture délicate et d'un humour critique dans lequel les hommes sont omniprésents -bien que physiquement absents- et dont la légèreté apparente du sujet ne peut cacher la richesse intellectuelle.


Paradis inhabité / Maria Matute. - Phébus, 2011

Madrid dans les années 1920. Adriana a six ans et vit dans une famille bourgeoise où l'on ne se touche ni ne se parle. Arrivée « si tard » comme dit
sa mère, cette enfant tellement différente déboussole ses parents par sa sensibilité et ses rêveries, se créant un univers imaginaire, son paradis inhabité. Elle observe le monde des adultes, ces "Géants", et lui oppose avec opiniâtreté une licorne s'échappant la nuit d'un tableau, les contes prenant vie, et le noir des cagibis devenant ses lieux d'évasion. En décalage permanant avec ses parents qui se déchirent, avec l'école qu'elle déteste, et la bêtise de ses camarades, Adri se réfugie auprès de tendres domestiques, Tata Maria et Isabel, de même qu'elle sera secourue et comprise par son extravagante tante Eduarda.

Toute jeune adolescente, malade, fiévreuse et alitée, Adri fera la connaissance de Gavrila, jeune russe vivant à côté de chez elle. En lui,
elle découvre un compagnon pouvant partager ce paradis inhabité ; se nouera alors entre ces « siamois » une véritable passion, jusqu'à l'éclatement de la guerre civile...

Roman d'une extrême subtilité, évoquant l'enfance à jamais enfuie, d'une très belle langue empreinte de poésie, sans que jamais un mot ne soit de trop.


Purge / Sofi Oksanen . - Stock, 2010

En 1992, un an après l'indépendance de l'Estonie, Zara est en fuite depuis Berlin. Elle atterrit en Estonie occidentale chez Aliide, une vieille femme, et implore sa protection. Etrangères en début du récit, les deux femmes finissent par se rapprocher à travers l'évocation des souvenirs amers et des expériences douloureuses qu'elles ont toutes deux vécus et que le roman distille au fil des pages.

Dans ce récit se côtoient trois générations de femmes, deux époques différentes mais une même honte, une culpabilité identique dévoilées lentement. Guerre, collaboration, dénonciation, peur, jalousie, amours cachés et secrets de famille sont les abcès qu'il semble falloir purger....


Des adhésifs dans le monde moderne / Marina Lewycka. - Editions des deux terres, 2011

Georgie Sinclair est bouleversée, son mari vient de la quitter. De rage, elle jette toutes ses affaires dans la benne à ordures. Quelle n'est pas sa surprise de découvrir sa vieille voisine, Madame Shapiro, les récupérer. Quand Mme Shapiro est hospitalisée, elle confie à Georgie sa maison puante et en ruine ainsi que ses sept chats. Elle sera alors confrontée à des agents immobiliers peu scrupuleux et aux secrets bien gardés de Mme Shapiro.

Voici un livre rempli de tendresse et d'humour où pourtant des sujets graves vont se télescoper et adhérer dans un joli final.


Guerre sale / Dominique Sylvain. - Viviane Hamy, 2011

Florian Vidal, bras droit de Richard Gratien, avocat, un des hommes les plus influents de la Françafrique est retrouvé mort dans une piscine. Il a subi le supplice du pneu enflammé. L’équipe de la criminelle de Sacha Duguin sait, dès le départ, que l’enquête sera sensible, difficile, et qu’"on" leur mettra des bâtons dans les roues. Autre difficulté, ils vont avoir dans les pattes l’ancienne commissaire Lola Jost et son amie Ingrid Diesel dont l'adjoint d’origine africaine avait été tué de la même façon cinq ans auparavant. Un meurtre jamais élucidé qui avait précipité son départ à la retraite. Les deux enquêtes vont s'entremêler pour le meilleur et pour le pire...


Un très bon polar français avec des dialogues incisifs , des personnages complexes sur fond d'une enquête dont la noirceur se dévoile à chaque page.


Une année chez les Français / Faoud Laouri. – Julliard, 2010

Ébloui par l’intelligence de Medhi, son instituteur s’est battu pour lui obtenir une bourse d’interne dans le prestigieux lycée Lyautey de Casablanca. Nous sommes en 1970, Medhi Khatib, âgé de 10 ans, originaire d’un petit village pauvre d’Atlas change de vie : il fait son entrée dans cet établissement réservé aux enfants des hauts fonctionnaires français et des familles les plus influentes du régime marocain. Pour ce premier jour d’école, il est seul avec sa valise en carton, deux dindons à la main et sans pyjama.

Ce livre raconte avec drôlerie le choc des cultures, des styles et des mots. Medhi découvre un nouveau mode de vie, des nouveaux camarades et découvre la richesse de la langue française en commettant malgré lui de nombreux impairs.

C'est émouvant, cocasse, drôle et finement observé.


Hors-Service / Solja Krapu. – Gaia, 2010

Eva-Lena est professeur d’anglais et de suédois dans une petite ville de Suède. Elle mène sa vie de manière très consciencieuse entre sa maison, ses enfants, son mari et le collège. Un vendredi soir, elle reste malencontreusement enfermée dans le local à photocopie du collège, sans espoir d’y être découverte avant le lundi matin. Cet arrêt dans le temps va lui permettre de faire le point sur sa vie.

Joie, tristesse, doute, ce roman est rempli de petites choses touchantes de par leur réalisme sur la défaillance d’un couple, le mal-être de l’héroïne.

Des scènes parfois cocasses décrivent le piège infernal de la routine dans lequel tout un chacun peut se retrouver.


Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants / Matthias Enard. - Actes Sud, 2010

En 1506, Michelangelo Buonnaroti, fâché avec le pape Jules II dont il dessine le tombeau à Rome, part pour Constantinople. A la demande du sultan Beyazet, il doit y construire un pont reliant les deux rives de la Corne d'or, projet retiré à Léonard de Vinci. Dans cette ville byzantine, d'une complexité politique située au carrefour des civilisations, des religions et des philosophies, Michelango va être touché. Au gré de ses rencontres amicales, sensuelles, ambigües, sa quête artistique va se convertir en une découverte de lui-même et influencer à jamais sa vie et son oeuvre.

Un récit court, de toute beauté, aux phrases ciselées et mélodieuses tel un long poème en prose dont on ressort transporté et ébloui.


Le confident / Hélène Grémillon. - Paris : Plon, 2010

En 1975, parmi les lettres de condoléances qu'elle reçoit à la mort de sa mère, Camille Werner trouve une missive plus longue que les autres dont l'expéditeur est inconnu. Tous les mardis, une nouvelle lettre arrive, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés, jusqu'au dénouement final qui va tout emporter sur son passage. Peu à peu, Camille agence les pièces du puzzle et comprend que cette histoire la concerne.

Très vite on se laisse emporter dans l'histoire de Camille, et dans celle, des années plutôt, de Annie. Des secrets de famille, des destins entrelacés, une histoire puissante qui résonne longtemps. Faisant alterner le récit de Camille et les lettres du mystérieux inconnu, qui nous transportent aux années 1939-1943, ce premier roman très original mêle avec brio roman historique et suspens psychologique.


Un autre monde / Barbara Kingsolver. - Rivages, 2010

Ce roman raconte la vie de Harrison William Shepherd, énigmatique écrivain américain, écrit après sa mort par sa fidèle secrétaire.

Né de père américain et de mère mexicaine, le jeune Harrison suit celle-ci au Mexique en compagnie d'un riche amant, ... "à défaut de rester le long de la route". Vivant dans l'ennui le plus absolu, Harrison se réfugie dans la lecture, se trouve une passion pour l'écriture en tenant des petits carnets, et seconde le cuisinier qui lui apprendra l'art délicat du travail de la pâte. C'est ce dernier talent qui lui vaudra d'attirer, des années plus tard, l'attention du célèbre peintre Diego Riviera. Aux côtés de ce couple extravagant, engagé et révolutionnaire que forment Diego Riviera et Frida Kahlo, Harrison sera tour à tour plâtrier, cuisinier, secrétaire, ami. Et son destin se révèlera à l'arrivée de Lev Trotsky, qu'il secondera en tant que secrétaire, jusqu'à son assassinat en 1940.

Puis retour aux Etats-Unis durant la seconde guerre mondiale où Harrison Sheperd se met à écrire. Ses romans sont de véritables succès. Mais le maccarthisme et la politique anticommunistes américaine le rattrapent...

Roman tantôt baroque, tantôt historique, à la construction dense et à l'écriture subtile, mêlant fiction et faits réels, tourne autour du manque, du blanc à remplir : "la chose la plus importante est toujours celle que l'on ne voit pas".


L'année brouillard / Michelle Richmond. - Buchet-Chastel, 2009

Au cours d'une conférence sur l'art de la photographie, Abby rencontre Jake, professeur de philosophie, et sa fille Emma âgée de 6 ans. Doucement, le trio fait connaissance. Pour Abby, c'est le coup de foudre. Pas seulement pour Jake mais aussi pour cette petite famille qu'ils forment tous les trois. Après avoir pris la décision de se marier, Abby emmène Emma passer un weekend entre filles, histoire de renforcer le lien. Sur la plage où elles se promènent, Abby détourne les yeux dix secondes... et Emma a disparu.

Loin d'être un thriller, ce roman raconte le drame psychologique que vit Abby.


Vivement l'avenir / Marie-Sabine Roger. - Rouergue, 2010

C'est l'histoire d'Olivier et Cédric, deux jeunes comme on ne les aime pas : désabusés, grossiers, fatalistes, pollueurs... Mais aussi terriblement attachants. Leur route va croiser celle d'Alex, une jeune femme qui refuse de passer sa vie "dans un angle de la cuisine ou dans un recoin du séjour". Elle bosse à l'usine en attendant de repartir pour d'autres horizons, et s'occupe de Gérard, le frère handicapé de son logeur.

Roman au ton juste, qui trace un portrait sombre de l'avenir des jeunes, mais qui garde espoir et termine de façon otpimiste, et c'est très rafraîchissant!


Fais de beaux rêves / Pierre Lagier. - Buchet-Chastel, 2010

Un matin, Pierre reçoit une première lettre de son grand-père décédé quelques mois auparavant. Cette lettre le met en garde sur le sens qu'il est en train de donner à sa vie... Intrigué par ce mystérieux courrier, il décide de mener une enquête qui va, comme le souhaitait son grand-père, changer son destin.

Belle réflexion sur le sens de la vie par le biais d'une rencontre familiale et sentimentale.


Les courants fourbes du lac Tai / Qiu Xiaolong. – L. Levi, 2010

L'inspecteur principal Chen Cao se voit offrir un séjour dans une luxueuse résidence du Parti, à Wuxi, aux bords du lac Tai. Poète à ses heures, ses longues contemplations devant le lac évoquent autant sa sensualité naturelle devant le déploiement des beautés du lac que la catastrophe écologique dont ce dernier fait l’objet.

Acceptant d'enquêter pendant ses vacances sur le meurtre du dirigeant d’une grosee entreprise polluante, Chen rencontre Shanshan, jeune activiste. L'occasion pour l'inspecteur de citer les poètes chinois qui ont jalonné sa formation littéraire et pour le lecteur de se délecter de cette leçon de choses élégante, alors qu'en filigrane se dévoilent les contradictions d’un Etat corrompu, celui de la Chine moderne.

L’auteur fustige indirectement les aberrations d'un système qui favorise sans concession le profit.

Polar politico-écologique raffiné.


Le goût des pépins de pomme / Katharina Agena. - Anne Carrière, 2010

Iris vient d'enterrer sa grand-mère, entourée de sa mère et de ses deux tantes. A sa grande surprise, elle apprend, lors de l'ouverture du testament que c'est à elle que Bertha a légué sa maison. Iris doit décider en quelques jours de ce qu'elle souhaite en faire, avant de rentrer à Fribourg où elle exerce le métier de bibliothécaire.

Ce roman est rempli de sensations, de bruits et d'odeurs. On passe du grave au superficiel en quelques mots avec une jolie note d'humour. L'écriture est légère et agréable même si les souvenirs sont parfois lourds.

Un roman à croquer comme une délicieuse pomme de verger cabossée.


L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet / Reif Larsen. – Nil, 2010

T.S. Pivet est un enfant prodige de douze ans, passionné par la cartographie et les illustrations scientifiques. Un jour, il reçoit un appel inattendu du musée Smithsonian lui annonçant qu’il a reçu le très prestigieux prix Baird et qu’il est invité à venir faire un discours. A l’insu de tous, il décide alors de traverser les Etats-Unis dans un train de marchandises pour rejoindre Washington DC… Mais là-bas personne ne se doute qu’il n’est qu’un enfant.

Ce roman initiatique est un véritable OVNI, il mêle humour et douceur avec cartes et dessins… à découvrir et à savourer les yeux bien ouverts.


A la recherche d'Alice / Sophie Bassignac. - Paris : Denoël, 2009

"Qu'est-ce qui a poussé Alice Conque à ligoter dans sa baignoire une célèbre photoreporter ? Jalousie, folie ou authentique persécution ? À l'inspecteur Picasso qui l'interroge, Alice révèle des lettres anonymes, des rendez-vous secrets, des bijoux et des inconnus qui apparaissent et disparaissent mystérieusement. Picasso décide de s'intéresser de plus près à cette blonde fantasque, guide conférencière et passionnée de sculpture antique. Il la suit pour l'enterrement de sa mère jusque dans un village des bords de Loire, hivernal et bruissant de secrets de famille.
Une femme insaisissable, un étrange amour, un secret de famille, tout est là pour un passer un bon moment."


chateau.jpgLe château des Pyrénées / Jostein Gaarder. - Seuil, 2010

30 ans après leur séparation, Stein et Solrun se retrouvent à l'endroit qui a scellé leur rupture. Hasard ou destin ? Cette nouvelle rencontre se poursuit par un échange de courriels au travers desquels, Stein et Solrun exposent leur vision très différente du monde : rationnalisme pour l'un et foi pour l'autre. Ils cheminent sur la route de leur passé commun pour tenter d'expliquer le phénomène étrange qui les a bouleversés.

Roman philosophique abordant la question du sens de la vie.


ardoise.jpgL’ardoise magique / Valérie Tong Cuong. - Stock, 2010

Mina et Alice, deux adolescentes sont assises sur la rambarde d’un pont. Un train surgit. L’une saute, l’autre pas. Aux parcours de vie très différents, elles étaient pourtant amies. Qu’est-ce qui les a poussées à choisir cette solution fatale ? Pourquoi finalement Alice saute et Mina non ?

Histoire sur l’amitié et sur la folie, ce court roman se lit d’une traite avec fluidité et sans artifices.


anna.jpgLa double vie d'Anna Song / Minh Tran Huy. - Actes sud, 2009

Anna Song, pianiste douée mais méconnue du grand public meurt en laissant derrière elle une discographie importante. Si sa mort la rend célèbre, c'est grâce à son mari qui la révèle postmortem au public. Le texte se partage entre le journal que tient cet homme- ode et plaidoyer à cet amour passionnel- et des extraits de presse complétant le portrait de l'artiste.

Sur un fond de musique envoutante, en toile de fond, le Vietnam-patrie de la pianiste-, le roman nous décrit la folie d'un homme qui, emmuré dans son amour, ira jusqu'à l'imposture : le plagiat.

 

mort.jpgLes intermittences de la mort / Jose Saramago. – Seuil, 2008

Dans un petit pays non identifié, la mort décide de stopper ses activités le premier janvier de la nouvelle année. L’euphorie de l’existence éternelle laisse bien vite place aux désespoirs : les hôpitaux regorgent de patients, les pompes funèbres sont au bord de la faillite, les malades en phase terminale sont plongés dans une agonie elle-aussi éternelle et les familles doivent assumer leurs proches vieillissant. Jusqu’au jour où une « maphia » se constitue pour libérer les familles de leurs moribonds en les conduisant aux frontières, là où la mort exerce encore. Puis un jour, la mort décide de reprendre ses activités… mais d’une manière toute différente.

Humour noir et dialogues subtils emplissent ce roman, cette farce qui nous interroge sur notre rapport à la vie et à une société vieillissante.


mensonges.jpgLa terre des mensonges / Anne B. Ragde. - Balland, 2009

Trois frères, un croque-mort, un décorateur de vitrines et un éleveur de porc se retrouvent autour de leur mère en fin de vie. Tout les sépare y compris leur père au mieux ignoré par ses fils au pire haï.

Dans ce roman norvégien les relations entre les 3 frères et leur famille sont décrites avec talent et un humour grinçant. Le point final vient avec la révélation du secret qui sous-tend tout le récit....


Fuck America : les aveux de Bronsky / Edgar Hilsenrath. - Attila, 2009

A travers des dialogues brefs et directs, E. Hilsenrath raconte le parcours chaotique de Jakob Bronsky, juif rescapé des camps de concentration. Au lendemain de la guerre, la vie à New-York est cruelle pour ce crève-la-faim miséreux, écrivain en herbe, qui tente d'écrire un roman sur son expérience du ghetto.

Un roman sur le mal-être des juifs exilés dans une Amérique "paradisiaque" où la valeur d'un homme se juge à son portefeuille.


zoya-pirzad-le-gout-apre-des-kakis.jpgLe goût âpre des kakis / Zoyâ Pirzâd. – Zulma, 2009

A travers cinq nouvelles, nous rentrons et découvrons le foyer iranien à travers le regard de la femme. Chacune découvre la vie de couple avec sa possible amertume mais également ses joies discrètes. L’écriture est subtile, lucide, tendre et un brin nostalgique. A la fin de ces récits, un goût sucré nous reste en bouche comme une pâtisserie orientale.

Chronique douce-amère sur le quotidien en Iran.


Le-Cercle-litteraire-des-amateurs-d-epluchures-de-patates-de-Mary-Ann-Shaffer-et-Annie-Barrows.jpgLe cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates / Mary Ann Shaffer et Annie Barrows. - NIL, 2009

Roman attachant, gai et agréable à lire, qui se déroule au lendemain de la seconde guerre mondiale, en 1946. Juliet, jeune écrivaine est à la recherche d'un sujet pour son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, un natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir ?

Un roman épistolaire qui révèle l'histoire de l'île et l'impact de l'occupation allemande sur ses habitants avec humour et autodérision.


Le proscrit / Sadie Jones. - Buchet-Chastel, 2009

A Waterford, petite ville au sud de Londres des années 50, vit une communauté "bien comme il faut" qui dissimule une bonne dose d'hypocrisie et de fragilité. Le roman nous invite à suivre le cheminement de Lewis, adolescent en quête de lui-même qui, à l'image d'une mère anticonformiste décédée tragiquement, sera proscrit d'une société qui ne veut l'adopter.

Récit poignant d'une adolescence mutilée fuyant un destin tout tracé...


mariage.jpgHistoire d'un mariage / Andrew Sean Greer. - Ed. de l'Olivier, 2009

Nous suivons le cheminement de Pearlie sur sa vie, son mariage, ses questions sur l'amour : "Connaissons-nous vraiment celui que nous aimons ?" L'histoire de ce mariage est déconcertante, surprenante mais au-delà de celle-ci, il ya l'époque dans laquelle le roman nous plonge : l'Amérique des années 50, de la guerre de Corée, du patriotisme culte, du conformisme rigoureux des Américains, du Maccarthysme, de la ségrégation raciale, de l'homophobie et surtout ce besoin qu'ont les Américains de correspondre aux critères sociaux et de ne pas en déroger.

Un portrait intéressant, lucide, tendre qu'une femme porte sur son mariage et celui qu'elle aime.


panda.jpgLa théorie du panda / Pascal Garnier. - Zulma, 2008

Gabriel débarque dans une petite ville de Bretagne.  Très vite, il tisse des liens avec quelques personnes subjuguées par son charisme, son don de soi et ses talents culinaires.   La réceptionniste de l'hôtel, deux junkies et le tenancier d'un petit restaurant ne sont nullement méfiants. Pourtant, derrière son incessant besoin de venir en aide aux autres, Gabriel cache une terrifiante personnalité...

Roman noir, psychologique